- - Post It !: L'UFC épingle les agences immobilières

L'UFC épingle les agences immobilières

L’association de consommateurs, qui a enquêté dans 166 sociétés franciliennes, dénonce les pratiques litigieuses de nombreuses agences sur le logement locatif. Documents illégaux, honoraires trop élevés, manque de transparence, les agents sont accusée de bafouer la loi pour servir les propriétaires. UFC souhaite une évolution de la loi pour remédier au problème.

(LaVieImmo.com) - L’enquête porte uniquement sur les agences d’Île de France. Réalisée entre le 12 mars et le 2 avril, ses conclusions mettent sérieusement en causes les pratiques d’une grande majorité d'entre elles. Leurs exigences sont remises en cause par l’association, elles seraient 83 % à requérir des documents interdits.

L’attestation de l’employeur est le document le plus représentatif du phénomène. Très demandé par les agences immobilières, sa fourniture est pourtant interdite dès le moment que le locataire a apporté une copie de son contrat de travail. Le but est d’assurer aux propriétaires que la personne n’est pas en cours de licenciement. Autre abus, « dans 10% des cas il a été demandé une attestation du précédent bailleur » explique l’UFC, ce qui est également interdit. L’association note dans son rapport les privilèges trop importants accordés aux bailleurs au détriment de locataires.

Agences trop chères


L’opacité de l'affichage est de surcroit reproché à un bon nombres d'agences. Le Diagnostic de performance énergétique (DPE), n'est exposé que par « seulement » 74 % des sociétés. L'affichage des tarifs fait aussi souvent défaut, selon UFC, « dans 23 cas sur 148, les honoraires n’étaient pas affichés ou pas visibles de l’extérieur ».
Des frais qui s'avèrent pourtant souvent élevés. 1,1 mois de loyer, c'est le lot moyen d’un locataire qui prend à bail un appartement. Des émoluments trop élevés pour l’UFC-Que Choisir. L’association s’émeut de tarifs qui seraient bien supérieurs à la somme des services rendus : « Faut-il ici rappeler que, d’après une interprétation stricte de la loi par les tribunaux, notamment la Cour d’appel de Grenoble dans un arrêt de 2004, le locataire ne doit à l’agence que la seule rédaction de l’acte ? ».

Une évolution de la législation

Pour mettre fin aux abus, le communiqué indique que « les associations locales UFC-Que Choisir d'Île-de-France ont saisi les Directions départementales de la protection des personnes pour qu'elles procèdent à des contrôles des agences immobilières ».
L'association se positionne également pour un changement de la législation en vigueur. Elle demande « la limitation des honoraires des agences immobilières pour les locataires à la seule rédaction du bail, [...] le placement sur un fonds des dépôts de garantie pour dégager des intérêts servant à la solidarité nationale en matière de logement, ainsi qu’une information plus précise aux locataires sur les états des lieux et un meilleur encadrement de la restitution des dépôts de garantie ».
Enfin d'un point de vue plus pratique, l'association de consommateurs a mis en ligne sur son site internet des fiches pratiques mentionnant tous les droits des locataires.

Source : Damien Fournier - ©2011 LaVieImmo.com,

Alexia

top